La Haute-Loire Paysanne 08 novembre 2017 à 08h00 | Par Sophie Chatenet

Des pistes prometteuses pour venir à bout du campagnol terrestre

Si le Ratron® devrait être commercialisé d’ici la fin de l’année, d’autres pistes de recherche sont déployées dans le Massif central pour lutter contre les campagnols. Tour d’horizon.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La mise en place des pièges ou appâts est très gourmande en temps.
La mise en place des pièges ou appâts est très gourmande en temps. - © © Christian Gloria

L’homologation du Ratron® est intervenue, il y a à peine un mois. Ce produit développé par un laboratoire allemand devrait être mis en marché d’ici la fin de l'année. Élaboré à base de phosphure de zinc, ce produit a donné lieu à des résultats probants sur le campagnol des champs. La molécule utilisée dans les années soixante-dix a bénéficié d’une nouvelle formulation, la rendant moins dangereuse pour celui qui l’applique.
«Fin 2016, des expérimentations dans le Puy-de-Dôme, ont été plutôt concluantes. Contrairement à la bromadiolone, le Ratron® ne présente pas de toxicité secondaire, ce qui préserve la faune non cible», explique Viviane Thevenot, chargée de mission au Sidam (Service interdépartemental du développement agricole du Massif central). Comme tous les autres produits, il doit être appliqué en basse densité, avec une limite règlementaire fixée à 2kg/ha/an. Il n’est pas nécessaire de faire une déclaration préalable d’application.
Du côté du Cantal, la chambre d’agriculture et ses partenaires ont testé la glace carbonique, avec une efficacité très en-deçà des espérances notamment au regard des difficultés de mise en œuvre et du coût. Même déception avec le tourteau de ricin, dont la manipulation reste fastidieuse. Dans ce département, les expérimentations vont se réorienter autour du Ratron®.
Dans le Puy-de-Dôme, deux expérimentations sont en cours avec un décompacteur. «Il est pour le moment trop tôt pour se prononcer sur l’efficacité du dispositif», souligne Viviane Thevenot.
Sur le PNR Aubrac et en Corrèze, des actions collectives sont menées sur trois secteurs. Les 8 et 9 novembre des journées techniques sont organisées sur les communes de Voutezac et de Saint-Privat.


Isoler les causes du déclin
Comme la profession l’avait demandé, plusieurs organismes de recherche sont actuellement mobilisés dans la lutte contre les campagnols. Les scientifiques travaillent ainsi sur quatre protocoles. Des études in-vitro sont menées par une équipe de VetagroSup pour isoler une nouvelle molécule campagnolicide. L’idée est de reformuler les molécules existantes pour diminuer leur impact sur la faune non cible. Les premiers résultats sont plutôt encourageants. Par ailleurs, l’Université Clermont-Auvergne va pouvoir redémarrer, d’ici la fin de l’année, les travaux sur l’immuno-contraception, stoppés au début des années 2000 faute de financements. De son côté, l’INRA a entamé des tests sur les phéromones pour déceler les composés chimiques capables d’attirer les animaux pour mieux les piéger par la suite. Enfin, en lien avec les différents travaux en cours, c’est sur les causes du déclin que les scientifiques sont amenés à se prononcer. Déterminer ce qui fait qu’à un moment donné les populations explosent ou déclinent, constitue tout l’enjeu du travail piloté par VetagroSup. Une personne travaille à temps plein sur ce sujet. Une grosse campagne de prélèvements va être menée au printemps, car c’est à cette période que l’on observe le pic ou le déclin. Niveau de la ressource herbagère, présence de pathogènes, analyse du génome… l’étude se veut exhaustive pour n’écarter aucun facteur du déclin. Ce protocole est basé sur les travaux de recherche réalisés en Franche-Comté, région très impactée par le campagnol. Une thèse sur le sujet est attendue pour la fin de l’année.

Entre pullulation et déclin :
quelles situations dans le Massif central ?

Selon les derniers relevés relayés par le BSV, le département du Cantal est actuellement en basse densité de campagnols terrestres. Quelques foyers frais sont toujours visibles mais la phase de pic est terminée. Les taupes, quant à elles, réinvestissent les parcelles.
En Haute-Loire, les populations sont en phase de croissance.
Dans le Puy-de-Dôme, certaines communes à l’Ouest du département sont en phase de forte densité. Le reste du territoire se situe en phase de basse densité.
Dans l'Allier, la situation vis-à-vis du campagnol terrestre reste calme même si quelques foyers sont apparus ces derniers temps. En Limousin, aussi, la situation sanitaire est actuellement en phase de basse densité. Certaines communes de Haute-Corrèze voient cependant les populations de campagnols augmenter. En Aveyron et en Lozère, pour l’instant, pas de pic relevé.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
5 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui