La Haute-Loire Paysanne 23 novembre 2017 à 08h00 | Par Sophie Chatenet

Main-d’œuvre en élevage ovin : des solutions multiples pour un intérêt certain

Allier conditions de travail, qualité de vie et revenu, tel est l’enjeu auquel les agriculteurs doivent faire face. L’équipe INOSYS Réseau d’Elevage ovin Auvergne-Loire-Rhône a travaillé sur cette problématique et interrogé cinq éleveurs ovins.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dans un contexte d’augmentation des charges administratives, d’agrandissement des exploitations ou de diminution de l’aide familiale, la relation entre les éleveurs et le temps de travail évolue et se confronte à l’évolution de la société.
Dans un contexte d’augmentation des charges administratives, d’agrandissement des exploitations ou de diminution de l’aide familiale, la relation entre les éleveurs et le temps de travail évolue et se confronte à l’évolution de la société. - © HLP

Dans un contexte d’agrandissement des exploitations, d’augmentation de la charge administrative et de diminution du bénévolat familial, la relation entre les éleveurs et le temps de travail change et se confronte avec l’évolution de la société. Si la charge de travail peut être allégée par l’aménagement et les équipements des bâtiments, ou encore par la modification du système de production, force est de constater que le recours à la main-d’œuvre s’impose dans bien des cas. Au-delà des a priori tenaces liés à un soutien extérieur, de nombreux éleveurs témoignent de l’intérêt réel d’y faire appel. Emploi d’un salarié à plein temps ou en CDD, entraide, appel à une entreprise ou au service de remplacement, en passant par la forme associative ou la formation d’apprenti…

Les solutions main d’œuvre sont multiples
Les techniciens du Réseau ovin estiment cependant que certains préalables sont indispensables pour mener à bien son projet : «D’abord, identifier les dysfonctionnements de l’exploitation par rapport à ses objectifs qui peuvent être : faire face aux pics de travail, se libérer du temps, être plus efficace ou encore diminuer la pénibilité de son travail... Puis dans un deuxième temps, faire le point sur ce qu’on est prêt à changer en fonction de sa personnalité, de ses goûts, de ses capacités, de son environnement. Et enfin, dans un troisième temps et non le moindre, vérifier qu’on dispose des moyens financiers nécessaires à la mise en place de cette nouvelle organisation et qu’on accepte les impacts qui vont en découler».
Pour aller plus loin, rendez-vous sur www.inn-ovin.fr

L’équipe INOSYS Réseau d’Élevage ovin Auvergne-Loire-Rhône rassemble les Chambres d’agriculture de l’Allier, de la Loire, de la Haute-Loire, du Puy-de-Dôme et l’Idele.

À noter : Dans notre édition papier, vous retrouverez 5 témoignages d'éleveurs avec des solutions, pour pallier le manque de main d'oeuvre, adaptées à la situation de l'élevage.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui