La Haute-Loire Paysanne 26 février 2014 à 08h00 | Par Article : Véronique Gruber / Vidéo : Helena Cauvet

En vidéo : visite du chantier ALTRIOM - Optimiser le tri et le recyclage des ordures menageres

L'ère des centres d'enfouissement est révolue en Haute-Loire avec l'ouverture imminente de l'unité de tri et de valorisation des ordures ménagères, Altriom.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

ALTRIOM : découvrez le futur centre de tri des ordures ménagères (© HLP)

Altriom a fait l'objet d'une visite le 14 fevrier en presence des collectivites partenaires du projet. (© HLP) Un système anti-odeur très innovant. © HLP Les ordures ménagères circuleront bientôt sur ces tapis. © HLP Altriom fait appel à des techniques optimisées et des machines ultra- modernes. © HLP

Aucun centre d’enfouissement ne s’installera en Haute-Loire. Les projets de Chastel Ligou dans l’Emblavez et celui de Cayres semblent definitivement enterres face a ce geant du tri et du recyclage, Altriom, qui pousse a Polignac, sur la plaine de Bleu.
Encore en cours de construction, ce site qui s’etend sur 3,5 ha dont 1 ha de batiments, a ete presente comme une unite pionniere a l’echelle de l’hexagone, voire bien au dela, le 14 fevrier dernier a l’occasion d’une toute premiere visite dediee aux elus et a la presse locale.


Tres haut niveaude performance

Quelle innovation ce nouveau centre de tri et de valorisation des ordures menageres introduit-il ? Porte par l’entreprise Vacher et son partenaire Praxy Developpement, Altriom traite les dechets menagers residuels, c’est a dire ceux qui restent apres les collectes selectives et les decheteries ainsi que les dechets non dangereux des professionnels. Ce centre de gestion de dechets se caracterise par un tres haut niveau de performance et s’inscrit integralement dans le cadre d’un developpement durable. «Jusqu’a present, on triait nos dechets par le biais de la poubelle jaune mais on ne triait rien dans la poubelle grise (ou verte). Les dechets issus de cette derniere poubelle etaient ensuite envoyes dans l’Allier et dans la Drome pour y etre enfouis. On ne peut pas continuer a envoyer nos dechets chez nos voisins en parcourant des milliers de kilometres. On ne peut pas opter pour l’enfouissement, ce qui reviendrait a polluer nos sols. Aujourd’hui, le projet Altriom c’est la solution ideale» a explique le maire du Puy Laurent Wauquiez. Une idee entierement partagee par les responsables des collectivites qui se sont associees a ce projet : l’agglomeration du Puy, les Sictom des Monts du Forez et de l’Emblavez- Meygal et la communaute de communes du Pays de Saugues.



25 000 tonnes de dechets par an

Grace a un procede de tri et de recyclage performant, Altriom, qui pourra traiter un volume de 25 000 tonnes de dechets par an, permettra de recuperer entre 80 et 90% de nos dechets menagers. Apres leur passage chez Altriom, les 25 000 tonnes d’ordures (jusqu’alors enfouies) seront ramenees a seulement 2 500 tonnes de produits ultimes (10% du tonnage) qui ne peuvent etre ni recycles ni valorises. Pour arriver a de tels niveaux de performances de tri, Altriom fait appel a des techniques optimisees et des machines ultra-modernes. Le processus demarrera par le batiment de reception des dechets ou une machine se chargera d’ouvrir les sacs poubelles pour proceder au tri. Differents dispositifs permettront alors de separer les dechets organiques, les metaux ferreux et non ferreux, les matieres plastiques, le verre, les fibres papetieres, les materiaux inertes et les matieres a moyen et haut pouvoir calorifiques. «Les dechets sont classes en trois categories distinctes (les organiques, les recyclables et les valorisables en combustible). Ces categories generent dans le process de l’usine, 3 lignes differentes : une dediee au traitement de la matiere organique par compostage et affinage (retrait des polluants du compost), une ligne dediee aux dechets recyclables (tri s’effectue grace a des robots de tri optique qui lisent la signature de la matiere dans l’infrarouge) et une autre ligne sur laquelle sefabrique le combustible solide de recuperation (CSR)» detaille Fabien Charreyre dirigeant d’Altriom.


L’usine genere compost, CSR et dechets ultimes

A l’issue du process, Altriom fabriquera un compost repondant aux normes de commercialisation NFU44-051. Un compost dont la destinee est a 90% agricole. Fabien Charreyre table sur une fabrication de 6 000 tonnes de compost par an, un volume qui permettrait de fournir une trentaine d’agriculteurs.
Le traitement des dechets par Altriom generera aussi la fabrication de combustible solide de recuperation en alternative au gaz et au fioul ; cette fraction de dechets non recyclables mais dotes d’un certain pouvoir calorifique sera consommee par les cimenteries.
Enfin, environ 10% des dechets ressortiront pour etre enfouis. Ultra moderne, ce centre de tri et de valorisation ne devrait pas generer de nuisance olfactive dans son environnement proche, grace a un procede naturel de traitement des odeurs. Fabien Charreyre s’explique : «L’ensemble du batiment est aspire. Cet air est ensuite envoye dans des casiers remplis d’un systeme proche d’un humus ligneux (qui produit de l’oxygene). L’odeur etant un microorganisme qui genere des molecules gazeuses, l’idee est d’oxygener ces micro-organismes via un substrat de vie (le systeme ligneux)». La construction de ce centre de tri performant, qui va permettre la creation de 19 emplois, entrera en fonctionnement avant l’ete 2014. Quant aux premiers tests, ils debuteront d’ici un mois.



VERONIQUE GRUBER

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui