La Haute-Loire Paysanne 11 août 2014 à 08h00 | Par T.Michel

ENERGIE : Une transition à horizon 2030 et 2050 pour l’énergie

La ministre de l’Écologie, du développement durable et de l’énergie a enfin présenté son projet de loi sur la transition énergétique. Présentation et commentaires.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une transition à horizon 2030 et 2050 pour l’énergie
Une transition à horizon 2030 et 2050 pour l’énergie - © T.Michel

Le projet de loi sur la transition energetique arrive enfin sous la houlette de Segolene Royal, ministre de l’ecologie, du developpement durable et de l’energie. Ce n’est qu’un debut (5 objectifs, 8 chapitres, 64 articles et 3 mesures d’accompagnement). Du concentre donc, avec l’essentiel, la ministre appelant les parties interessees a faire preuve d’inventivite avant le debut de la discussion parlementaire en octobre.


Des chiffres

Avant tout, il faut garder en tete que ce qui est presente a pour toile de fond la future Conference de Paris sur le climat de 2015, d’ou le besoin de fixer des ambitions elevees. Dans ce texte, on y parle donc de reduire de 40 % les emissions de gaz a effet de serre (GES) d’ici a 2030 et de les diviser par quatreen2050;deportera32%la part des energies renouvelables dans la consommation energetique finale en 2030 et de diviser par deux la consommation d’energie finale a horizon 2050. Sont egalement mentionnes un 50 % de vehicules electriques et a faibles emissions dans le renouvellement des flottes de l’Etat et de ses etablissements publics et le deploiement de 7 millions de bornes de recharges pour vehicules electriques et hybrides. Le texte indique que le plafonnement de la production d’electricite d’origine nucleaire en France est fixe a 63,2 GigaWatt, le nucleaire pesant 50 % dans l’electricite a l’horizon 2025. Dans les mesures d’accompagnement, l’eco-pret a taux zero doit etre simplifie pour encourager les decisions de travaux des particuliers, et passer de 30 000 a 100 000 prets octroyes par an. A compter de septembre 2014, le credit d’impot developpement durable sera renforce et simplifie, de 30 % du montant des travaux pour toute action simple de renovation energetique. Segolene Royal evoque aussi un fonds special de 1,5 milliard d’euros pour renforcer le soutien aux initiatives locales exemplaires en matiere de transition energetique et d’economie circulaire. Il y aura, a l’automne, un appel a candidature pour l’installation de 1 500 methaniseurs en milieu rural et un plan de formation professionnelle sur les metiers de l’eco-construction et de la renovation est mis en place, avec 25 000 professionnels du batiment formes chaque annee jusqu’en 2017.


Agriculture ?

Si l’agriculture n’est pas mentionnee de façon explicite dans ce texte, il n’empeche que plusieurs aspects du projet de loi interessent les filieres agricoles et la vie rurale. « Concernant la reduction des consommations, nous rappelons que la filiere agricole est engagee depuis dix ans, en termes de R&D mais aussi operationnels, dans l’amelioration des batiments d’elevage a basse consommation energetique. Dans certains, on arrive aujourd’hui a abaisser de 60 a 80 % cette consommation et certains batiments sont meme a energie positive. Nous demandons par contre que soit relance le PPE applique a l’agriculture. Il faut aussi faire attention aux objectifs chiffres ambitieux mais qui peuvent se reveler difficile a tenir. En tout cas, les objectifs doivent etre fixes en integrant la dimension de competitivite des entreprises. Il ne sert a rien de vouloir etre leader et moteur si c’est au detriment des performances. Nous avons obtenu que figure dans ce projet de loi la notion de renforcement des enjeux de competitivite. Un autre point important est le fait que les ameliorations seront dependantes des capacites financieres a pouvoir renover » explique Christiane Lambert, premiere vice-presidente de la FNSEA. Sur la reduction des GES, elle estime que l’objectif fixe est globalement « ambitieux mais difficile a atteindre ». Elle rappelle que le « secteur de l’agriculture a obtenu une baisse de 15 % des rejets GES depuis 1990 et que des ameliorations peuvent etre encore accomplies, selon certaines etudes, en travaillant sur l’alimentation, la digestibilite et les rations ». Christiane Lambert estime que la loi est volontariste sur le chapitre des energies renouvelables. « Il faudra aller au dela des affirmations du texte. Nous sommes tout a fait capable de tenir les pourcentages d’integration de biocarburants proposes mais il convient de preciser une chose : on parle de biocarburant de premiere, seconde et troisieme generation mais ils ne sont pas faits pour se remplacer les uns les autres. Aujourd’hui, les bio-carburants de premiere generation permettent une baisse tres significative de la dependance proteique de la France, grace a la fabrication de tourteaux de soja issus des biocarburants actuels ». La responsable syndicale apprecie l’idee des 1 500 methaniseurs en milieu rural mais attire l’attention sur le fait qu’il ne faut pas bruler les etapes. « C’est une filiere naissante, encore en phase experimentale. Elle a besoin d’accompagnement technique et economique. D’autant que l’on voit apparaitre, dans les regions, des bureaux d’etudes et des vendeurs de kits de materiels qui ne sont pas toujours tres soucieux de l’etude de faisabilite, de la capacite methanogene ou encore des sources et facilites d’approvisionnement ». En matiere de transports, Christiane Lambert insiste sur la differenciation a faire entre la mobilite urbaine et la mobilite rurale qui ne peuvent pas etre traiter de la meme façon. « En milieu rural, pour un menage, aujourd’hui, deux vehicules sont indispensables. Ce qui n’est pas forcement le cas en milieu urbain ou l’on peut compter sur les infrastructures de transport collectif ».

 

THIERRY MICHEL

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui