La Haute-Loire Paysanne 07 décembre 2015 à 08h00 | Par Véronique GRUBER

Sabotier de pères en fils

Comme son grand-père et son père, Guy Sahuc perpétue la tradition en fabriquant des sabots de bois sur la commune du Brignon en Haute-Loire. Un savoir-faire qui fait partie de son histoire et de sa vie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Guy Sahuc dans son atelier, au milieu de ses sabots de bois.
Guy Sahuc dans son atelier, au milieu de ses sabots de bois. - © HLP

Guy Sahuc est né en 1938 dans une famille de sabotiers. Comme son grand père et son père, il s'est très vite passionné pour cette activité. «Mon père et ma mère ont eu 9 enfants et pour faire vivre cette grande famille, ils fabriquaient des sabots, remontaient les galoches et vendaient des fruits et légumes pour compléter leur revenu» explique Guy Sahuc.


Le 10 mai 1944...

La vie n'a malheureusement pas été tendre avec cette famille du plateau volcanique. Le 10 mai 1944, la famille Sahuc a vécu un véritable drame : un bombardement aérien survenu en plein milieu de la nuit sur le village du Brignon a fait perdre la vie à sa mère et deux de ses frères.  Une date inoubliable qui marquera à jamais la vie de Guy.Blessé dans le bombardement qui a totalement détruit sa maison, son père Antoine ne pouvait plus assurer la fabrication complète de sabots en grande quantité, il s'est donc mis à acheter des sabots non finis aux saboteries mécaniques de Paulhaguet et de St Julien Chapteuil.« A l'époque, mon frère aîné a commencé à aider mon père. Quant à moi, j'étais toujours dans les jambes de mon père en train de jouer avec des copeaux de bois » se souvient-il.


Des sabots à tous les pieds

En grandissant, Guy a pu participer davantage à l'activité de son père en assurant le ponçage, le vernissage et la vente des sabots. « Tous les jours, nous vendions 2 à 4 paires de sabots aux habitants du Brignon et une partie de Solignac-sur-Loire. A l'époque, on ne portait que des sabots, le cuir étant réservé à l'armée ! ».1950 est une autre date importante dans la vie des Sahuc. Cette année-là marque en effet la fin de l'ère des sabots. « Avec l'arrivée des brodequins et des tracteurs, la jeunesse ne voulait plus de sabots. La consommation s'est mise à chuter. Nous avons alors élargi la gamme de marchandises de notre épicerie pour compléter notre revenu ». En 1957, son père décède. Sa soeur aînée ne réside plus sur le secteur tandis que son frère aîné est devenu le premier inséminateur de Haute-Loire à qui d'ailleurs, l'on a vivement conseillé de s'installer dans le secteur de Brioude.« Moi, à 19 ans et de surcroît mineur, j'étais donc devenu l'aîné des plus petits de ma famille et c'est ainsi que j'ai repris la fabrication de sabots et l'épicerie de mon père ». La vente de sabots continuait sa chute vertigineuse, mais qu'importe, Guy continuerait à perpétuer ce savoir-faire devenu une passion.En 1959, Guy rencontre Jeanine, une jeune fille orginaire de St Paul de Tartas qui deviendra sa femme. Pendant 40 ans, de 1959 à 1993, Jeanine et Guy se sont consacrés à l'épicerie mais sans jamais mettre un terme aux sabots, dont la vente était devenue insignifiante. Après toutes ces années passées à la tête de l'épicerie, ils ont finalement décidé de vendre leur fond de commerce. A 58 ans, Guy pouvait enfin se consacrer pleinement à sa passion : les sabots.Il s'est donc remis à la fabrication mais de manière un peu différente de son père. «J'ai acheté deux machines d'occasion qui facilitent un peu le travail». Contacté par les communes avoisinantes pour réaliser des démonstrations de fabrication de sabots, les ventes ont repris.


Les sabots avant les chaussettes

Aujourd'hui, peu de gens portent des sabots mais certains, en particulier les personnes âgées, ont l'habitude de les utiliser pour jardiner ou pour se protéger du froid. Car ne l'oublions pas, la principale vertu du sabot de bois c'est la protection contre les températures extrêmes (froid, chaud) et contre l'eau. « Le sabot est la chaussure la plus saine qui existe au monde. C'est une très vieille chaussure, qui existait avant les chaussettes ! » explique Guy Sahuc.Les danseurs des groupes folkoriques auvergnats font également partie de ses clients fidèles.Très demandé, à la belle saison, Guy réalise des démonstrations-ventes à l'occasion des fêtes de villages (vogues) et parfois lors de manifestations agricoles. Sa passion l'a souvent conduit hors du département, dans le Beaujolais, en Ardèche, sur les hauteurs de Nice, dans le Nord... Une manière pour lui de perpétuer sa passion.


Véronique Gruber

Des sabots pour tous les pieds, ici des sabots pour enfants.
Des sabots pour tous les pieds, ici des sabots pour enfants. - © HLP

TARIFS ET CONTACT


Voici les tarifs des sabots fabriqués par Guy Sahuc : - 45 euros pour une paire de sabots pour homme ;- de 36 à 40 euros pour les femmes selon les modèles ;- de 26 à 32 euros pour les enfants.Pour le contacter : 04 71 57 19 53 ou guy.sahuc0515@orange.fr

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui