La Haute-Loire Paysanne 04 novembre 2015 à 08h00 | Par Suzanne MARION

Bois : En bûches ou plaquettes, le bois de haie est un produit à valoriser

Sur une exploitation, des haies, des bosquets ou des arbres isolés sont des sources de bois énergie ou de bois litières.Zoom sur ce produit source de revenu…

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Des haies bien fournies ou des bosquets, source de bois à valoriser.
Des haies bien fournies ou des bosquets, source de bois à valoriser. - © HLP

Les haies et les arbres isolés dans les parcelles produisent quantités de bois qui sont aujourd’hui trop souvent sous, voire non-valorisés.Pourtant, les branches selon leur grosseur, constituent un volume de bois loin d’être négligeable. Et ce bois, selon qu’il sera transformé en bûches, piquets, plaquettes… trouvera diverses destinations comme énergie, litière, clôture, isolant…On distinguera deux types de produits bois issus des haies : le bois bûches ou piquets, et le bois plaquette. Mais le devenir de ces haies dépend bien évidemment des essences choisies lors de la création de la haie et de l’entretien de celle-ci au fil des ans. En effet, la taille est une étape importante qu’il convient de ne pas négliger. Celle-ci se fera en fonction de la destination des bois : bûches ou plaquettes…


Bûches ou plaquettes

La production traditionnelle de bûches est une valorisation intéressante, même si elle demande beaucoup de travail pour façonner les stères.Les essences ont aussi leur importance compte tenu de leur caractère calorifique (les feuillus : charme, frêne, érable, bouleau, hêtre, sont plus calorifiques que les résineux) et leur durée de séchage (1 à 2 ans). L’autre débouché, c’est le bois déchiqueté utilisé comme combustible ou comme litière pour les animaux.Pour optimiser la production de plaquettes, la Mission Haies de l’Union Régionale des Forêts d’Auvergne préconise de laisser pousser les haies afin de récolter les branches les plus grosses possibles.Et plutôt que de faire une taille latérale qui épuise la haie et favorise le développement des épineux au détriment de la diversité végétale, les techniciens préconisent le recépage pour une valorisation en bois énergie. C’est une coupe à ras du sol tous les 10-15 ans, réalisée à la tronçonneuse voire mécanisée.


Déchiquetage avec la Cuma des Deux Rochers

En Haute-Loire, la Cuma départementale des Deux Rochers est spécialisée dans le déchiquetage de bois avec une prestation complète puisqu’elle met à disposition le matériel (tracteur et déchiqueteuse équipée d’une grue de chargement), et la main d’oeuvre à savoir le chauffeur salarié de la Cuma.Le déchiquetage se fait sur le lieu de stockage pour éviter les manutention inutiles. Le bois est déchiqueté en plaquettes d’environ 1 pouce soit 2,5 cm, mais peut proposer trois dimensions, pour répondre au mieux aux exigences des diverses chaudières. La machine peut broyer toutes les essences même les plus dures et des branches jusqu’à 37 cm de diamètre.La rapidité du chantier varie en fonction de l’organisation du chantier, mais surtout de la taille et de la longueur des billons. Le débit varie de 15 à 50 MAP (mètres cube apparents plaquettes) par heure.Avant toute utilisation, les plaquettes doivent être séchées durant 3 à 6 mois sous un hangar couvert et aéré, pour arriver à 25 % environ d’humidité.De la qualité des copeaux, variable en fonction de la proportion de menus branchages notamment, dépend leur finalité. On préfèrera les plaquettes de bonne qualité pour alimenter les chaudières. Les copeaux issus de petits branchages produisent beaucoup de poussières et d’écorces, peu recommandés pour les chaudières. On les réservera plutôt pour pailler les pieds de plantation ou pour la litière des animaux en stabulation.Faisons un rapide petit calcul. On peut considérer qu’1 kilomètre de haie a la même productivité qu’1 ha de taillis forestier, soit environ 3 tonnes de MS/an. 1 km de haie recépée régulièrement permet d’obtenir entre 30 et 130 tonnes de bois (90 à 450 m3). Sachant qu’une maison individuelle de 120 m2  bien isolée consomme de 30 à 40 MAP/an, il lui faut 200 m de haie pour produire son combustible bois.


Suzanne Marion

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui