La Haute-Loire Paysanne 16 avril 2013 à 11h45 | Par Helena Cauvet

En vidéo : action FDSEA/JA - Paillage de la préfecture de Haute-Loire en images

A l’appel de la FNSEA, près de 200 agriculteurs de la FDSEA-JA se sont rassemblés devant la Préfecture pour dénoncer la situation difficile que traverse l’élevage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Paillage de la préfecture de Haute-Loire en images © HLP

Une Préfecture littéralement empaillée en moins de deux...
Une Préfecture littéralement empaillée en moins de deux... - © HLP

 

L’élevage français traverse une mauvaise passe. Les éleveurs souffrent d’une hausse sévère de leurs coûts de production qu’ils n’arrivent pas à répercuter sur leurs prix de vente. Pour dénoncer cette situation, le 12 avril, la FNSEA a lancé l’opération «L’élevage : cause nationale» déclinée dans tous les départements d’élevage.
En Haute-Loire, cette action syndicale était conduite par la FDSEA et les JA au Puy-en-Velay.
Trois semaines après l’action menée auprès de plusieurs enseignes de la grande distribution du bassin du Puy pour dénoncer la course aux prix bas pratiquée sur les produits issus de nos élevages, les agriculteurs sont de nouveau passés à l’action devant la Préfecture.

Les pouvoirs publics comme cible
Cette fois-ci les agriculteurs visaient les pouvoirs publics. «Suite à notre passage dans les GMS, nous avons en partie obtenu gain de cause.  Mais à présent, ces hausses de prix doivent être répercutées immédiatement sur les prix payés aux producteurs. C’est le rôle des pouvoirs publics de veiller aux relations commerciales entre  producteurs, transformateurs, distributeurs  pour que les agriculteurs puissent, enfin, voir leurs produits payés au juste prix» a indiqué Yannick Fialip, président de la FDSEA.
L’action de la FDSEA-JA au sein des GMS a porté ses fruits puisqu’à ce jour, on ne trouve plus de litre de lait à moins de 60 centimes d’euros sur le bassin du Puy. Toutefois, il s’agit à présent de répercuter ces hausses sur le prix du lait. «Notre lait nous est payé 300 e par 1000 l, c’est à dire moins de 30 centimes le litre ; cela ne peut pas durer ainsi. Nos charges augmentent et les céréales vont être très chères durant 2013. C’est ce que nous  sommes venus expliquer au Préfet» a indiqué Yannick Fialip.
Les agriculteurs de la FDSEA-JA étaient également là pour dénoncer la multiplication des contraintes qui pèsent sur les exploitations et plus particulièrement l’arrivée d’une nouvelle taxe : l’écotaxe poids lourds sur le transport des matières premières alimentaires.
Le groupe de manifestants dénonçait par ailleurs l’absence de crédits pour les PMBE (Plan de modernisation des bâtiments d’élevage).
Le groupe d’agriculteurs s’est installé en milieu de matinée devant les grilles de la Préfecture.  Des pancartes aux slogans explicites «Prix bas : éleveurs menacés», «Les éleveurs en ont marre d’être exploités», «Besoin de prix rémunérateurs»... et deux grandes banderoles, l’une demandant de sauver l’élevage de Haute-Loire et l’autre réclamant des actes au Ministre Stéphane Le Foll, tous ces étendards ont été accrochés aux grilles de la Préfecture.

(...) Retrouvez la suite de l'article dans nos éditions papier, parution le vendredi 19 avril.

Véronique Gruber

Les agriculteurs sont restés devant la Préfecture toute la matinée.
Les agriculteurs sont restés devant la Préfecture toute la matinée. - © HLP

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui