La Haute-Loire Paysanne 09 mars 2016 à 08h00 | Par Suzanne MARION

Action syndicale : Les producteurs dénoncent le mépris avec lequel Savencia les traite

Le blocage du site de la CFVA à Beauzac par des producteurs de la FDSEA et des JAtourne au bras de fer.Le dialogue est sourd et la tension est grande !

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les producteurs se sont relayés pour bloquer l’usine de la CFVA à Beauzac de dimanche soir à mardi matin.Ils demandent une hausse 
du prix du lait et la signature de la charte laitière initiée par la FNPL.
Les producteurs se sont relayés pour bloquer l’usine de la CFVA à Beauzac de dimanche soir à mardi matin.Ils demandent une hausse du prix du lait et la signature de la charte laitière initiée par la FNPL. - © FDSEA

L'entreprise Savencia refuse le dialogue avec ses producteurs : elle stoppe la collecte de lait et assigne les agriculteurs au tribunal ! «C’est un total mépris, un manque de respect de la part de notre laiterie…» entend-on parmi les producteurs toujours mobilisés ce mardi 8 mars au matin et bloquant dans le calme et sans débordement le site de la Compagnie fromagère de la Vallée de l’Ance (CFVA) à Beauzac, et ce depuis dimanche soir. Mobilisés oui, mais aussi désespérés, au bord de la rupture, comme l’exprime Didier Danthony qui commence à regretter le projet d’installation de son fils sur son exploitation laitière à St Pierre Duchamp.Pas de discussion possible avec les dirigeants de l’entreprise, même si M. Sellier directeur des ressources laitières Sud-Ouest qui connaît bien les producteurs était présent sur le site. Tout de suite les menaces :  10 agriculteurs et les 2 syndicats FDSEA et JA sont assignés en référé heure à heure en urgence, ce mardi matin à 10h au Tribunal de grande instance du Puy-en-Velay. Anthony Fayolle président des JA représentera les producteurs assisté de Me Schott. L’entreprise demandait que soit levé le blocage de l’usine soulignant un préjudice déjà important. Elle déplore une perte et reproche des dégradations. Sur cette dernière accusation, le président de la FDSEA Yannick Fialip tient à rétablir la vérité : «il n’y a pas eu de dégradations sur le site ni de violence» ; vérité par ailleurs confirmée par la gendarmerie sur place. À l’issue de l’audience, un autre rendez-vous était fixé au lendemain mercredi, pour connaître les éventuelles poursuites. Dans le même temps, pour tenter d’assainir le climat et rétablir le dialogue, les producteurs avaient choisi de lever le barrage ce mardi avant midi. Un petit pas en avant aussi du côté de Savencia dont les responsables devraient rencontrer les producteurs mardi 15 mars…

Le pourquoi de l’action

Explications. N’ayant pas été entendus sur les prix de leurs produits, FDSEA et JA avaient décidé de bloquer l'usine de Bongrain (id CFVA) à Beauzac, dès dimanche 6 mars, 22h. Ils étaient environ 70 avec quelques tracteurs et remorques à prendre place devant l’usine. Le mot d’ordre prévoyait de laisser entrer les camions de lait mais de bloquer la sortie de toutes marchandises. La mise en place s’est déroulée dans le calme mais avec détermination. Les manifestants qui se sont relayés dans le temps étaient prêts à maintenir le siège aussi longtemps que nécessaire. Les responsables départementaux expliquent leur mouvement : «Si la pression mise sur la Grande Distribution a permis d'obtenir des engagements de leur part, à savoir la signature de la charte laitière de valeurs lancée par la FNPL (Fédération nationale des producteurs de lait), le maintien des prix en 2016 sur les produits laitiers français et un meilleur approvisionnement et une mise en avant des produits français et locaux, maintenant, nous demandons que les entreprises s'engagent à leur tour, en signant cette charte laitière de valeurs, qui permet concrètement l'augmentation du prix du lait payé aux producteurs».La CFVA  du groupe Savencia, a donc été la première cible de ce mouvement. «C'est elle qui a le prix le plus bas depuis janvier et qui annonce un prix moyen annuel à 280 ou 285 €/1 000 l (prix mars : 273 €)» explique Éric Richard. Notons aussi que le Groupe Savencia ne veut toujours pas signer la Charte laitière de valeurs lancée par la FNPL. et, cette entreprise a de plus adopté une «attitude choquante» quand les producteurs ont voulu bloquer début février, les menaçant  de «ne plus collecter».Les demandes des agriculteurs à Bongrain sont simples. «Nous voulons que le groupe Savencia signe la Charte laitière de valeurs initiée par la FNPL, permettant d'instaurer des relations constru-ctives entre producteurs, transformateurs et distributeurs, pour finalement mieux valoriser le prix du lait payé aux producteurs, et nous demandons une prime liée à la production de St-Agur, qui est très bien valorisé non seulement sur le marché intérieur mais aussi sur le marché à l'export !».«Malgré ces demandes simples, et justifiées au regard de la situation difficile que vivent les producteurs, les responsables de Savencia ont refusé tout dialogue avec les producteurs, même lorsque le Préfet a proposé d'organiser une médiation. À la place, ils assignent les producteurs au tribunal !» regrettent les responsables de la FDSEA et des JA et l’ensemble des producteurs. La tension reste forte et le bras de fer continue…

Suzanne Marion

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,