La Haute-Loire Paysanne 29 avril 2015 à 08h00 | Par Véronique GRUBER

Anciens exploitants : La défense collective des paysans toujours d’actualité

Plus de 150 adhérents de la section des anciens exploitants de la FDSEA étaient réunis en assemblée générale le 24 avril à St Paulien. Une journée riche en échanges.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les anciens exploitants ont assisté en nombre à l’assemblée générale de la SDAE.
Les anciens exploitants ont assisté en nombre à l’assemblée générale de la SDAE. - © SDAE43

Les anciens exploitants sont venus en nombre à St Paulien pour participer à l’assemblée générale de leur section syndicale qui fait partie intégrante de la FDSEA de Haute-Loire.
Très active, la section départementale des anciens exploitants de Haute-Loire (SDAE) a deux principales missions que sont la défense des intérêts des anciens exploitants et la convivialité et l’échanges au travers de différentes activités.
Or, l’année 2014 semble avoir été très riche en activités et en convivialité ; c’est ce qu’il ressort du rapport d’activités de la section présenté par Raymond Gazanion, vice-président. Outre les voyages (dans le Larzac, sur le plateau d’Ally, à Félines, dans le brivadois, sur la côte d’Opale Londres et Bruges), la section a rassemblé ses adhérents sur 4 secteurs du département et a participé à plusieurs événements tels que la foire de Clermont, les ovinpiades internationales des jeunes bergers et le congrès SNAE à Paris. La section a activement participé à l’élaboration du memento familial,  un projet conduit par la FRSEA Massif-Central en partenariat avec la MSA. Ce registre personnel, qui permet de recenser le patrimoine, les acquis, les désirs et les dettes de chacun (retraités comme actifs), sera bientôt disponible auprès des délégués cantonaux de la SDAE.
Dans son rapport moral, le président de la section Jean Beraud a insisté sur l’importance du lien entre actifs et retraités : «Aujourd’hui comme hier le métier de paysan est difficile, il se complique avec les contraintes administratives. Pour autant, les actifs ne doivent pas ignorer la retraite car demain ils en bénéficieront. Nous soutenons les actifs dans leur lutte contre les zones vulnérables et les invitons à nous soutenir dans nos combats».

Actifs et retraités : main dans la main
Et pour favoriser l’installation des jeunes, la section entend poursuivre le travail entrepris dans le domaine de la transmission des exploitations, «en investissant même les dernières années de son activité pour avoir toujours un outil dont on peut être fier de le proposer à un JA ou l’inscrire au répertoire à l’installation» a indiqué Jean Beraud.
De son côté, le président des JA, Anthony Fayolle a indiqué qu’il comptait sur les anciens exploitants pour la bonne transmission du foncier et qu’il soutenait les actions conduites en faveur d’une augmentation du montant des retraites agricoles car «plus les retraites agricoles seront correctes, plus le foncier sera libéré». Ce dernier a profité de ce temps d’échanges pour dénoncer avec force l’une des mesures de la nouvelle PAC qui prévoit la suppression de la limite d’âge pour bénéficier de l’ICHN et constitue ainsi un frein supplémentaire à l’installation.
Jean-Claude Chalencon, président de la SRAE Auvergne-Limousin et administrateur à la SNAE, a exposé les principales revendications portées par la section nationale (obtenir 85% du Smic net pour une carrière complète ; rétablissement de la demi-part fiscale supplémentaire pour les veuves, veufs et invalides ; relèvement du revenu fiscal de référence ; contre la fiscalisation de la majoration de 10% des pensions des retraités ayant eu au moins 3 enfants...). Au sein de la FNSEA, Jean-Claude Chalencon participe activement aux travaux en cours autour du projet de loi relatif à l'adaptation de la société au vieillissement ; une loi qui, selon lui, présente quelques notions intéressantes telles que la création d’un statut de volontaire civique senior, un dispositif spécifique en faveur des aidants ou encore des dispositions sur l’Allocation Personnalisée d'Autonomie (APA).
Sur la loi d’avenir pour l’agriculture, les anciens exploitants ont pris note de certaines avancées mais déplorent toutefois l’absence de décrets d’application !
Le président de la FDSEA Yannick Fialip a salué la qualité du travail accompli par la SDAE et a confirmé toute l’implication de son syndicat en vue d’obtenir l’application du critère des 25 meilleures années pour le calcul des pensions de retraites agricoles.
Après cette matinée studieuse agrémentée de nombreuses interventions (voir ci-dessous), les anciens exploitants se sont retrouvés autour d’un  repas convivial animé par un groupe folklorique.


Véronique Gruber

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,