La Haute-Loire Paysanne 06 septembre 2012 à 09h32 | Par Helena Cauvet et Xavier Riffard

En vidéo : Concours - Annonce : l’élevage allaitant du département exposé à Saint-Paulien

Saint-Paulien sera ce week-end la vitrine de l’élevage allaitant du département. Les plus beaux animaux Aubrac, Salers, Charolais et Limousins seront présentés en concours. Découvrez-en plus dans cette vidéo !

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Les journées vaches allaitantes © HLP

Samedi et dimanche, Saint-Paulien va accueillir les deuxièmes Journées allaitantes du département. Lundi matin, les organisateurs* ont présenté les objectifs et le programme de cette manifestation biennale. Michel Chouvier, président de l’EDE, a expliqué que ce rendez-vous des éleveurs de bovins viande permet de créer dans une ambiance conviviale une émulsion entre les élevages les plus performants du département sur le plan génétique. D’autre part, cette manifestation permet de situer la qualité du troupeau de la Haute-Loire par rapport au national. Enfin ces journées sont associées à un thème technique «car la Chambre d’agriculture joue un rôle de conseil visant à améliorer les performances des élevages» a indiqué Michel Chouvier.

220 bovins inscrits
Comme en 2010, les inscriptions dépassent les 220 animaux venant d’une quarantaine d’élevages. 205 seront en concours. 15 seront en exposition pour illustrer les filières ou des orientations particulières de sélection (absence de cornes, amélioration bouchère), pour assurer une animation (attelage de bœufs Aubrac), ou encore faire participer des races à plus faible effectif départemental comme la Ferrandaise.
Tous les animaux inscrits présentent les garanties raciales et sanitaires imposées pour ce type de manifestation. Ils sont enregistrés en certification de Parenté et respectent les exigences du règlement sanitaire, que ce soit en matière de leucose, tuberculose et brucellose, mais aussi d’IBR et de BVD. Une des ambitions des ces journées étant que ce concours soit une vitrine de la génétique départementale, les bovins nés en Haute-Loire sont prioritaires. Ceux nés hors département sont acceptés à condition d’être présents depuis plus d’un an dans l’exploitation.

4 races à l’honneur
Le fil rouge des journées allaitantes sera bien entendu les concours (prix de section, prix de championnat et prix spéciaux) qui vont se succéder sur un double ring.     Le nombre d’animaux inscrits par race est le reflet du cheptel départemental. 80 bovins Limousins de 14 élevages, 53 Aubrac de 10 élevages, 50 Charolais de 7 élevages et 30 Salers de 8 élevages sont inscrits.
Les syndicats de races ont décidé de concourir le samedi de 9 h à 19 h  et le dimanche matin en commençant par les sections les plus jeunes et en terminant par les plus âgées. Une alternance entre races sera appliquée. La journée de samedi finira par les prix spéciaux Charolais. Le dimanche matin sera occupé dès 10 h par les derniers prix spéciaux pour les races Limousine et Aubrac.
La remise des prix et le défilé des animaux se déruleront dimanche après-midi. Samedi et dimanche midi, la restauration sur place sera assurée par la fédération des Associations de Saint-Paulien.


*Chambre d’Agriculture,
syndicats de races allaitantes, Codelia, GDS, Organisations de producteurs bovines,
Fin Gras du Mézenc
Les Aubracs ainsi que d'autres races, vous attendent les 15 et 16 septembre à Saint-Paulien.
Les Aubracs ainsi que d'autres races, vous attendent les 15 et 16 septembre à Saint-Paulien. - © HLP

Contexte économique

Michel Chouvier a profité de la présentation de la manifestation pour faire un point sur la conjoncture économique de la filière Bovins viande. « Il y a des points positifs qui sont malheureusement occultés par la hausse des charges. Actuellement, les cours sont bons notamment pour les vaches de réforme et les broutards qui partent en Italie.
On constate une hausse des exportations vers des pays qui n’avaient jusque-là pas l’habitude de commercer en vif : Turquie, pays baltes, Maghreb. Autre facteur, la production nationale a fortement diminué ces deux dernières années (200 000 mères en moins) ce qui a modifié le rapport entre l’offre et la demande.
Néanmoins, cette embellie économique est contrastée par la hausse des charges. «Le prix des carburants et de tous les produits issus du pétrole (plastiques, angrais) a fortement augmenté. Le cours des céréales a explosé et celui des tourteaux a plus que doublé.

 

Technique

Cette année, «les performances du troupeau et leur impact économique» feront l’objet d’un petit concours pour les éleveurs exposants, basé sur leurs résultats au contrôle de performances, concernant le rythme de vêlage, la mortalité des veaux et leur croissance jusqu’au sevrage.
Une communication sera développée tout au long de la manifestation par Bovins Croissance en partenariat avec Codelia et le GDS.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui